NEWSLETTER INTERNE DU PERSONNEL

Ils se sont fait vacciner, paroles de salariés

Nouveaux témoignages cette semaine : Pourquoi se sont-ils fait vacciner ? Ont-ils ressenti des effets secondaires ? Quel message souhaitent-ils faire passer ?


Corinne Chaperon, Infirmière
Pourquoi vous êtes-vous fait vacciner ?
Encore un peu hésitante, il y a 1 mois j’ai décidé de me faire vacciner d’une part parce que les médias ont annoncé la mutation de ce virus le rendant plus rapide dans sa progression. Pour la contrer, notre seule alternative est la vaccination. D’autre part ma mère âgée de 88 ans est régulièrement chez moi et je ne voudrais pas la contaminer. Et puis j’en ai marre de la distanciation, du port du masque en permanence, j’ai envie de retrouver le plus vite possible ma vie d’avant, mes libertés dans mes déplacements, je veux voir des sourires, des gens aux terrasses des cafés.
Quels effets secondaires avez-vous ressentis ?
Une zone inflammatoire pendant 48 heures en dessous du point de ponction. C’est tout…
Êtes-vous satisfaite de vous être fait vacciner ?
Je suis satisfaite de l’avoir fait, plus sereine pour venir travailler. J’attends la 2ème injection le 03/02.
Que diriez-vous aux personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner pour les convaincre ?
Leur demander s’ils ont une autre alternative pour se sortir de cette pandémie…. La vaccination a permis d’éradiquer beaucoup de maladies alors pourquoi la refuser pour lutter contre la Covid.

Marie-Claude Borg, Cadre de Santé
Pourquoi vous êtes-vous fait vacciner ?
Pour 3 raisons :
1 contribuer à l’immunité collective
2 protéger mes proches en espérant être faiblement contagieuse
3 éviter d’avoir la forme grave
Quels effets secondaires avez-vous ressentis ?
Une simple douleur au point d’injection pendant 48h
Êtes-vous satisfait de vous être fait vacciner ?
Aucun regret.
Que diriez-vous aux personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner pour les convaincre ?
Il s’agit d’une responsabilité individuelle mais en l’absence de risques avérés il s’agit de participer à favoriser l’immunité collective et surtout éviter de développer une forme grave qui peut être invalidante sur plusieurs mois et un retour à une vie « normale » laborieux confronté à une maladie inconnue dont peu de gens maîtrisent le post-COVID.
Je pense que peu de gens réalisent la lourdeur d’une hospitalisation en REA avec une chosification de l’individu, la perte d’intimité et de dignité au nom de l’efficacité médicale (ce n’est pas un  procès envers les REA)

Catherine Dejean, Physicienne
Pourquoi vous êtes-vous fait vacciner ?
Je me suis faite vacciner car je suis un professionnel « prioritaire ». Ce vaccin m’évitera les complications lourdes de la COVID. Cela a pour but de me protéger mais aussi de participer à maitriser l’impact de la pandémie de manière globale. Indirectement, je protège ceux qui me sont chers et tous les autres.
Quels effets secondaires avez-vous ressentis ?
Je n’ai pas ressenti d’effets secondaires.
Êtes-vous satisfait de vous être fait vacciner ?
Je suis satisfaite de m’être fait vaccinée mais surtout je suis reconnaissante d’avoir eu cette opportunité ! Tous les personnels soignants dans les autres structures de santé n’ont pas encore eu cette chance.
Que diriez-vous aux personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner pour les convaincre ?
La vaccination est médicalement très encadrée (consultation avec un médecin avant l’injection, suivi après), cette pandémie a engendré beaucoup de décès mais a aussi laissé beaucoup de personnes avec des séquelles qui peuvent être lourdes. Plus un grand nombre de personnes se fera vacciner, plus rapidement nous pourrons atteindre une immunité collective et reprendre une vie sociale plus sympa (restaurant, bars, boites de nuit, salles de sport …).

Raphaël Hechema, Médecin Anesthésiste-Réanimateur
Pourquoi vous êtes-vous fait vacciner ?
J’ai deux raisons pour me faire vacciner :
La 1ère c’est mon état de santé vu que j’ai des problèmes cardio respiratoires en plus de mon âge (67 ans). La 2ème c’est le besoin de protéger mes patients et mon entourage.
Quels effets secondaires avez-vous ressentis ?
Je constate aucun effet secondaire pour l’instant.
Êtes-vous satisfait de vous être fait vacciner ?
En effet, je suis satisfait de m’avoir fait vacciné et j’invite les réticents à franchir le pas à fin d’aider à casser la chaine de transmission.
Protégeons-nous pour protéger ceux qui nous sont chers.

Les réponses à vos questions

Les vaccins à ARN peuvent-ils modifier nos gènes ?

Non. Lors de la synthèse protéique, l’information circule dans le sens ADN→ARN→protéine. Il n’y pas dans notre  organisme d’enzyme permettant d’inverser ce sens. Ainsi,  les vaccins ARNm ne peuvent pas modifier nos gènes (qui eux sont sous forme d’ADN).

Peut-il y avoir des effets indésirables graves avec les vaccins à ARNm ?

Il faut distinguer les « événements » indésirables graves, dont on ne sait pas s’ils ont un lien avec le vaccin, des « effets » indésirables pour lesquels on pense qu’il y a un lien de cause à effet entre le vaccin et la survenue du problème médical (et pas seulement un lien chronologique).
Dans l’essai de phase 2/3 du vaccin de Pfizer-BioNTech, la fréquence des événements indésirables graves n’est pas supérieure dans le groupe « vaccin » par rapport au groupe « placebo » (0,6 % dans le groupe des vaccinés, 0,5 % dans le groupe ayant reçu le placebo). C’est la même chose dans l’essai Moderna (1 % dans les deux groupes). La plupart de ces événements ont été considérés par les investigateurs comme non liés au vaccin (appendicites, cholécystites, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux etc.).
De très rares événements graves ont par contre été considérés par les investigateurs comme liés à la vaccination. Dans l’essai de Pfizer-BioNTech, il s’agissait d’une lésion à l’épaule (par injection par erreur du vaccin en intra-articulaire ?), une arythmie ventriculaire pendant 8 jours, et une adénomégalie axillaire (sur les 19 000 participants ayant reçu le vaccin). Aucune réaction anaphylactique grave n’a été rapportée à la vaccination dans les essais de Pfizer- BioNTech et Moderna, mais les personnes ayant des antecedents allergiques graves ne sont pas inclus dans les essais.
Hors essais cliniques, plusieurs cas de « réactions allergiques graves immédiates » ont été rapportés dans la presse depuis le début des campagnes de vaccination en Grande Bretagne ; certaines des personnes concernées étaient déjà connues pour avoir un terrain d’allergie. Aux États-Unis, les CDC ont identifié 6 cas d’anaphylaxie d’évolution favorable au 18/12/2020 pour272 000 doses administrées. L’accident anaphylactique s’est résolu chez toutes ces personnes.
Les données accumulées sont donc rassurantes et le rapport bénéfice/risque est très nettement en faveur de la vaccination pour les populations chez lesquelles elle est recommandée. Il faut rappeler que le taux de létalité de l’infection à SARS-CoV-2 est estimé à 0,5-1,4 %. Dans l’essai clinique de Moderna par exemple, il y a eu 30 cas de Covid-19 graves dans le groupe placebo (sur 162 cas de Covid-19 symptomatiques, et 15 000 sujets inclus dans le groupe placebo, dont 1 décès et 2 hospitalisations en réanimation) contre aucun dans le groupe vacciné.

Les vaccins à ARNm se font en 2 injections. Que se passe-t-il si l’on est exposé au virus après la première injection, et avant la deuxième ?

Dans l’étude de phase 3 du vaccin de Pfizer-BioNTech, seuls 39 cas de Covid-19 sont survenus entre la première et la deuxième dose dans le groupe des volontaires vaccinés versus 82 dans groupe placebo, indiquant une protection partielle précoce du vaccin dès 12 jours après la première injection. On a donc une forte chance d’être protégé si l’on est exposé au virus avant la 2e dose mais seule une vaccination complète avec 2 doses vaccinales offre une protection de l’ordre de 95 %.