Juin 2022

Actus


Autorisation pour une deuxième IRM


Le Centre a obtenu une autorisation pour une nouvelle IRM qui sera installée à l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie au premier semestre 2023. Cette autorisation intervient dans le cadre de la reconnaissance de « besoins exceptionnels tenant à des situations d’urgente et d’impérieuse nécessité en matière de santé publique, relatifs à des implantations supplémentaires d’autorisations d’équipements matériels lourds sur la région PACA ».

L’augmentation rapide des demandes d’IRM dans le cadre des prises en charge oncologiques a obligé sur les quatre dernières années à réduire le nombre de vacations de co-utilisation réservées aux radiologues libéraux. Malgré cela, notre activité arrive régulièrement à saturation avec des délais de rendez-vous dépassant les 4 semaines, et pouvant aller jusqu’à 6 semaines à certaines périodes de l’année.  Ces délais sont incompatibles avec une prise en charge oncologique moderne, notamment pour les premières prises en charge et les bilans d’extension initiaux. Ils gênent aussi considérablement notre capacité à répondre aux urgences et notamment pour les patients hospitalisés.

Cette deuxième IRM permettra donc de réduire drastiquement nos délais et ainsi largement augmenter la qualité globale de prise en charge de nos patients.

Son implantation sur le site Ouest permettra en outre de compléter et améliorer l’offre de soins proposée sur le territoire dans le cadre de la radiothérapie et plus particulièrement de prises en charge en protonthérapie. Dans le processus de contourage, l’utilisation des images de l’IRM permettront de nettement gagner en précision. Au cours de l’irradiation des tumeurs cérébrales par exemple, il est très important de pouvoir dessiner parfaitement le tronc cérébral, les voies optiques, les zones de la mémoire (hippocampe), ce qui n’est pas possible avec un scanner conventionnel. De même, le dessin de la tumeur est beaucoup plus approximatif avec un scanner qu’avec une IRM, avec notamment la possibilité de ne pas visualiser les volumes infracentimétriques.

D’autres situations anatomiques nécessitent une IRM également, comme lors de l’irradiation de tumeurs hépatiques, gynécologiques, prostatiques, osseuses ou des tissus mous; dans ces situations, l’IRM permet de gagner considérablement en précision d’irradiation.

Une réorganisation de l’activité tous les jours de semaine sur les deux machines permettra d’optimiser l’organisation du service au niveau du personnel paramédical (MER) et d’élargir l’accès à ces techniques à un panel plus large du personnel manipulateur du service, améliorant ainsi l’intérêt professionnel et la qualité de vie au travail.

L’attribution de cette autorisation va nous permettre de réattribuer des plages de co-utilisation aux radiologues libéraux et d’augmenter de façon globale l’offre de soins à la population.


L’Institut Axel Kahn sera installé au cœur de Nice à la Clinique Mozart


Le Département des Alpes-Maritimes, le Comité des Alpes-Maritimes de la Ligue contre le cancer et le Centre Antoine Lacassagne, membres fondateurs du futur Institut Axel Kahn ont dévoilé son emplacement : il sera situé à l’emplacement actuel de la Clinique Mozart, au 17 avenue Auber.

Ce nouveau pôle ressources dédié à la lutte contre le cancer, ouvert à tous : patients, aidants, grand public, aura pour objectif de faciliter les parcours de soin, d’informer le grand public, de favoriser la prévention et le dépistage et d’améliorer le parcours de vie des patients atteints de cancer.

La villa Belle époque de la Clinique Mozart qui accueillait déjà des activités médicales (chirurgie esthétique) se prêtera parfaitement à sa nouvelle vocation.

Sur 950 m2, l’Institut disposera :
– D’un accueil (secrétariat, salle d’attente),
– De salles d’activité (sport, cuisine…),
– D’espaces collectifs et d’ateliers,
– De locaux de réserves et technique,
– D’espaces administratifs et de salles de réunions,
– De bureaux de consultation,
– D’un espace de conférence (50 m²),

L’investissement de 8,35 M€ du Département des Alpes-Maritimes pour l’achat et les travaux de rénovation montre son engagement dans cette structure innovante à vocation départementale au service des patients. Les trois membres fondateurs travaillent actuellement à l’offre de services du futur Institut.

L’ouverture est prévue en juin 2023.


Un Centre engagé pour l’accessibilité numérique et éco-responsable

Les sites internet centreantoinelacassagne.org et protontherapie.fr sont dorénavant équipés du module Lisio qui apparaît à droite de l’écran à l’ouverture des sites. Il suffit de suivre le petit hippocampe pour une version adaptée et un affichage écologique.

En un clic le site s’adapte aux handicaps et aux difficultés numériques

Le tout nouveau module génère dynamiquement une version adaptée de l’affichage du site aux types de difficultés ou de handicaps de la personne qui le consulte. Cela permet à tous d’avoir accès à l’ensemble des renseignements utiles sans fatigue ni risque de perte d’informations.

Les difficultés et handicaps pris en compte concernent toutes les générations : dyslexie, daltonisme, déficiences visuelles (presbytie, DMLA, cataracte, malvoyant…), migraine, inexpérience du numérique, épilepsie photosensible, mouvements difficiles, gestes imprécis, tremblements, difficultés de concentration, situation d’illettrisme…

En un clic, les couleurs changent, les caractères grossissent, les menus s’agrandissent, les mots sont expliqués avec un dictionnaire en ligne, une lecture vocale lit les textes…

Le texte s’adapte également à la langue maternelle du visiteur

Le module propose une traduction simultanée de tout le texte vers les 26 langues les plus parlées dans le monde.

Des sites éco-responsables

Les internautes sensibles peuvent dorénavant consulter nos sites site en mode éco avec une diminution de l’impact carbone jusqu’à 90%.

La solution « Lisio » adapte également la structure des pages web aux zones à faibles débits ce qui permet un accès aux données sur une zone géographique plus large avec un temps d’attente limité et permet donc également de réduire l’impact carbone.

Cette solution allège fortement le poids des pages web afin de réduire la dépense énergétique liée aux transferts des données et à leur affichage, et permet de proposer aux visiteurs une navigation plus écologique.

Mais comme tous les internautes ne consultent pas le site de cette manière, Lisio a des accords de reforestation avec des partenaires.

Cette nouvelle solution rentre donc pleinement dans la politique de développement durable en santé au titre de la responsabilité sociétale du Centre et participe d’une volonté de rendre l’information accessible à tous les publics.


Un nouveau système vidéo au bloc opératoire 

Avec ce nouveau système vidéo, le service du bloc opératoire pourra, à terme, faire des retransmissions d’interventions chirurgicales en interne ou vers l’extérieur de façon très simple.

Le système vidéo Hillrom, est le nouveau système vidéo de la salle 2 et bientôt de la salle 1, il vient en remplacement de notre ancien système vidéo STORZ acheté en 2011 et qui devenait obsolète. Il a été choisi après que 5 systèmes vidéo de différentes marques aient été testés. Lors de ses essais la simplicité d’utilisation, l’intégration du système et la prise en compte des formats vidéo 4K ainsi que 3D ont été des points clés dans le choix de cette solution vidéo.


Un outil de reconnaissance vocale pour la retranscription des compte rendus médicaux


Grâce à cet outil de reconnaissance vocale en cours de déploiement dans l’établissement, les médecins pourront dicter leurs comptes rendus, toujours à partir de leur dictaphone. Le texte sera retranscrit au fur et à mesure automatiquement sous la forme d’un texte exploitable.

Les assistantes médicales seront ainsi allégées du travail de frappe, permettant de viser un objectif de diffusion des comptes rendus sous 24h.  

Testé pendant plusieurs semaines par l’équipe de l’HDJ, les retours ont été très positifs et concluants. Enrichie de dictionnaires médicaux, la reconnaissance du vocabulaire est fiable à 95%. L’outil, aidé d’une intelligence artificielle, s’adapte à la voix de l’utilisateur et permet l’intégration et la personnalisation de commandes vocales individuelles. 

L’outil sera ainsi déployé dans les prochaines semaines dans les différents services. Les médecins qui n’utilisent pas le PACS (qui bénéficie déjà de son outil intégré de reconnaissance vocale), auront une licence nominative attribuée, leur permettant de dicter dans n’importe quelle application compatible : Zenidoc, Word ou Outlook par exemple.


Infos RH


Une bourse d’étude pour les étudiants manipulateurs et infirmiers en dernière année de formation


Cette allocation initiée par le Centre évolue grâce à un nouveau dispositif régional financé par l’ARS PACA qui propose des allocations d’étude de dernière année pour les étudiants MERM.

Dans les deux cas, les étudiants s’engagent en contrepartie à leur sortie d’école à servir l’établissement pour un certain nombre de mois.

Le Centre Antoine Lacassagne s’est engagé en janvier 2021 dans une mesure d’attractivité auprès des futurs étudiants diplômés en électroradiologie médicale de 3ème année.

Suite à une sélection des candidats sur dossier puis entretien avec la direction des soins et les ressources humaines, les manipulateurs retenus bénéficient d’une gratification de 500 euros brut par mois durant leur dernière année de formation scolaire. Ces jeunes diplômés bénéficient d’un emploi à leur sortie d’étude en contrepartie d’un engagement à servir au sein du Centre au terme de leur diplomation, pour une durée minimum de 12 mois de travail effectif temps plein dans nos services de Radiothérapie.

Cette mesure a pour vocation de faire face à la pénurie de professionnels mais également de mieux faire connaitre les spécificités du Centre auprès des institutions délivrant ces formations diplômantes.

Trois futurs Manipulateurs Electroradiologie Médicale (MER) ont été concernés sur l’année scolaire 2021-2022. Ils seront diplômés en juillet 2022 et intègreront le Département de Radiothérapie dès leur sortie d’école.

Très récemment, un nouveau dispositif régional financé par l’ARS PACA a été décliné pour permettre aux établissements de santé de recruter du personnel et de fidéliser les étudiants MER en allouant des allocations d’étude forfaitaires de dernière année pour un engagement à servir de 18 mois. Le montant de cette allocation sera de 10 000 euros brut à l’année.

Deux étudiants pourront ainsi bénéficier de ce dispositif sur l’année 2022-2023.

Le Directeur des soins et la Direction des Ressources Humaines sont actuellement en cours de sélection des dossiers de ces futurs bénéficiaires. Parallèlement et forte du succès de ces dispositifs proposés aux MER, la Direction a décidé d’étendre ce principe aux étudiants infirmiers de dernière année qui s’engageraient à travailler de nuit.